Aller au contenu principal

Fonctionnement du Ministère

L’administration centrale

L’administration centrale du ministère de l’action sociale, de la promotion de femme et de l’alphabétisation comprend :

  • le secrétariat général ;

  • la direction des affaires administratives et financières ;

  • la direction de la planification et du suivi-évaluation;

  • la direction générale de l’action sociale ;

  • la direction générale de la protection de l’enfance ;

  • la direction générale du genre et de la promotion de la femme ;

  • la direction générale de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle.

 
Le secrétariat général a pour mission, notamment de :

  • coordonner le fonctionnement des services techniques du ministère ;

  • assurer le suivi administratif des dossiers, veiller aux relations avec les autres départements et organiser la circulation de l’information ;

  • assurer la coordination de l’élaboration du projet de budget du département et suivre son exécution ;

  • préparer, en collaboration avec le chargé de mission, le conseiller technique et les directeurs, les dossiers à inscrire à l’ordre du jour du conseil des ministres et coordonner, avec le directeur de cabinet, la proposition de formulation de la position du ministère ;

  • signer, par délégation du ministre, suivant arrêté publié au journal officiel, tous les actes et documents relatifs à l’activité courante du ministère, à l’exception de ceux soumis à la signature du directeur de cabinet ou du ministre, en vertu des dispositions législatives ou règlementaires expresses.

 

La direction des affaires administratives et financières est chargée, notamment de :

  • assurer la gestion des ressources humaines et matérielles du département ;

  • coordonner les activités comptables de tous les services du ministère ;

  • participer à l'analyse de l’efficacité et de l’impact des allocations budgétaires sur l’exécution des programmes du ministère ;

  • coordonner  les activités d’élaboration du budget ;

  • assurer le développement et l’utilisation efficace des techniques de l’information et de la communication.

 
La direction de la planification et du suivi-évaluation a pour mission de soutenir le secrétariat général dans ses missions de coordination, de planification, de suivi-évaluation des activités du ministère.
 
La
direction générale de l’action sociale a pour mission, notamment de :

  • susciter l’organisation et l’encadrement des populations pour une participation active et permanente aux actions sociales ;

  • planifier, coordonner et suivre les programmes de l’action sociale ;

  • veiller à l’organisation des secours d’urgence en collaboration avec les départements ministériels et les organismes concernés.

 

La direction générale de l’action sociale est composée de trois (3) directions :

  • la direction des personnes âgées ;

  • la direction de la protection et de la promotion des personnes handicapées ;

  • la direction de la gestion des catastrophes.

 

La direction des personnes âgées a pour mission de :

  • élaborer et mettre en œuvre les programmes de protection des personnes âgées ;

  • veiller à l’application et à la mise à jour de la législation sur la protection des personnes âgées ;

  • élaborer les documents sur le vieillissement ;

  • coordonner les activités des structures, des organisations non gouvernementales, des associations nationales et internationales intervenant dans la protection des personnes âgées ;

  • œuvrer à la valorisation de l’expertise des personnes âgées ;

  • mettre en place une banque de données sur les personnes âgées ;

  • réaliser les études sur la protection et la valorisation des potentialités des personnes âgées.

 
La direction de la protection et de la promotion des personnes handicapées est chargée de :

  • élaborer et mettre en œuvre des programmes de protection et de promotion des personnes handicapées ;

  • veiller à l’application et à la mise à jour de la législation sur la promotion sociale et la protection des personnes handicapées;

  • veiller à l’application des conventions et traités sur les personnes handicapées ;

  • coordonner les activités des structures, des organisations non gouvernementales, des associations nationales et internationales intervenant dans la protection et la promotion des personnes handicapées ;

  • veiller à la prise en compte de la thématique du handicap dans les politiques, programmes et projets sectoriels ;

  • veiller à la promotion de l’inclusion sociale des personnes handicapées;

  • réaliser des études sur la protection et la promotion des personnes handicapées.

 
La direction de la gestion des catastrophes a pour mission, notamment de :

  • appliquer la politique du gouvernement en matière de prévention et de gestion des catastrophes ;

  • collecter et mettre à disposition, les données nécessaires à la prévention et à la gestion des catastrophes ;

  • planifier, programmer et organiser les secours d’urgence en collaboration avec les différents intervenants ;

  • participer à la mobilisation des ressources nécessaires à la prévention et à la gestion des catastrophes ;

  • coordonner les activités des structures, des organisations non gouvernementales, des associations nationales et internationales intervenant dans le domaine de la prévention et de la gestion des catastrophes ;

  • assurer le recensement des sinistrés et l’évaluation des dégâts en cas de catastrophes.

 
La direction générale de la protection de l’enfance est chargée, notamment de :

  • élaborer et mettre en œuvre la politique nationale, les stratégies et les programmes de protection et de promotion de l’enfant ;

  • susciter l’élaboration des textes et veiller à l’application et à la mise à jour de la législation en  matière de protection de l’enfant ;

  • contribuer à l’élaboration des rapports initiaux et périodiques à soumettre aux organes des conventions auxquelles l’Etat est partie ;

  • mettre en place un système de collecte, de gestion et de diffusion des données sur les enfants ;

  • coordonner les activités des structures, des organisations non gouvernementales, des organisations nationales et internationales intervenant dans le domaine de la protection et de la promotion des enfants ;

  • contribuer à la mobilisation des ressources internes et externes pour la mise en œuvre des programmes et projets en matière de protection et de promotion de l’enfant.

La direction générale de la protection de l’enfance est composée de deux (2) directions :

  • la direction de la prévention des situations de vulnérabilité ;

  • la direction d’assistance à l’enfant en difficulté.

 
La direction de la prévention des situations de vulnérabilité est chargée, notamment de :

  • élaborer et mettre en œuvre les stratégies, les programmes et les projets de prévention des situations de vulnérabilité de l’enfant ;

  • donner des avis sur les dossiers d’agrément et de parrainage des ONG et associations intervenant dans le domaine des enfants ;

  • définir les critères d’identification des enfants vulnérables ;

  • tenir le fichier des organisations non gouvernementales (ONG), associations et organisations nationales et internationales œuvrant dans le domaine de la prévention des situations de vulnérabilité ;

  • mettre en œuvre les stratégies de communication pour un changement de comportement ;

  • participer à l’élaboration et à la mise en œuvre de la politique de la petite enfance.

 
La direction d’assistance à l’enfant en difficulté est chargée de :

  • élaborer et mettre en œuvre, les programmes, les projets et les stratégies de prise en charge de l’enfant en difficulté ;

  • coordonner, suivre et évaluer les activités des structures de protection et de prise en charge des enfants vulnérables ;

  • initier des recherches périodiques sur la situation des enfants en difficulté ;

  • élaborer un fichier des centres et familles d’accueil des enfants vulnérables ;

  • élaborer et mettre en œuvre un programme de renforcement des capacités des structures de prise en charge des enfants vulnérables.

 
La direction générale du genre et de la promotion de la femme a pour mission, notamment de :

  • proposer des stratégies de mise en œuvre de la politique nationale pour l’équité et l’égalité de genre ;

  • planifier, coordonner, suivre et évaluer l’évolution des politiques et programmes d’équité, d’égalité de genre et de promotion de la femme ;

  • élaborer et mettre en œuvre une politique nationale de la famille ;

  • coordonner les études et les analyses périodiques en vue d’orienter les actions du gouvernement et des partenaires dans le secteur.

 
La direction générale du genre et de la promotion de la femme comprend trois (3) directions :

  • la direction du genre et des droits de la femme ;

  • la direction de la coopération et de la promotion des activités économiques de la femme ;

  • la direction de la famille, de l’éducation et de la formation de la jeune fille ;

 
La direction du genre et des droits de la femme est chargée, notamment de :

  • répertorier les instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux sur les femmes ;

  • vulgariser les textes protégeant les droits de la femme ;

  • veiller à l’application des textes nationaux, des traités et conventions internationales sur les droits de la femme ;

  • élaborer les rapports relatifs aux traités et conventions.

 
La direction de la coopération et de la promotion des activités économiques de la femme est chargée, notamment de :

  • élaborer une politique de coopération et de promotion des activités économiques de la femme et veiller à sa mise en application ;

  • élaborer une politique de mobilisation des ressources pour la mise en œuvre des programmes et projets en faveur des femmes;

  • élaborer des stratégies de coopération et de concertation entre tous les intervenants en matière de promotion économique des femmes ;

  • établir les cadres de concertation avec les organismes gouvernementaux et internationaux, les organisations non gouvernementales intervenant dans le secteur;

  • participer à l’élaboration, à la coordination, au suivi des stratégies, des politiques, et des programmes de promotion et de renforcement du pouvoir économique de la famille dans l’optique genre ;

  • aider les communautés de base à s’organiser dans l’optique genre dans les unités de production ;

  • mettre en place des stratégies en vue de renforcer le pouvoir économique des femmes ;

La direction de la famille et de l’éducation de la jeune fille est chargée, notamment de :

  • mettre en œuvre la politique de l’Etat en matière de promotion et de bien-être de la famille;

  • réaliser des études périodiques sur la situation de la famille au Togo ;

  • mettre en place un cadre d’appui et de soutien aux familles en difficultés ;

  • promouvoir les activités d‘information, de communication et de sensibilisation sur les valeurs et le bien-être de la famille ;

  • élaborer et mettre en œuvre les programmes en matière de santé de la reproduction et de VIH/SIDA;

  • élaborer et mettre en œuvre les stratégies d’encouragement à la scolarisation et à la formation des jeunes filles.

La direction générale de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle est chargée de mettre en œuvre la politique nationale d’alphabétisation et d’éducation non formelle. A ce titre, elle a pour mission, notamment de :

  • coordonner la conception, l’élaboration et la mise en œuvre des programmes d’alphabétisation et d’éducation non formelle ;  

  • coordonner les activités des structures, des organisations non gouvernementales, des associations nationales et internationales intervenant dans le domaine de l’alphabétisation et  de l’éducation non formelle ;

  • participer à l'évaluation de performance des services relevant de sa compétence ;

  • organiser la mise en place du fonds d’appui à l’alphabétisation;

  • mettre en place et animer un système de suivi-évaluation des programmes d'alphabétisation et d’éducation non formelle;

  • veiller au suivi régulier des activités d’alphabétisation et d’éducation non formelle ;

  • développer des stratégies adéquates d’introduction des langues nationales dans la vie publique et officielle ;

  • soutenir le partenariat avec les institutions nationales et internationales en vue de la mobilisation des ressources, pour la promotion de l'alphabétisation et de l’éducation non formelle. 

 

La direction générale de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle comprend deux (2) directions :

  • la direction de l’alphabétisation et de la formation des adultes ;

  • la direction de l’éducation non formelle des adolescents.

 
La direction de l’alphabétisation et de la formation des adultes est chargée,  notamment de :

  • assurer le contrôle des interventions dans le domaine de l’alphabétisation et de la formation des adultes ;

  • élaborer les curricula d’alphabétisation et de post-alphabétisation;

  • suivre et contrôler la mise en œuvre des curricula d’alphabétisation et de post-alphabétisation;

  • promouvoir le développement de l’offre d’alphabétisation et de formation en faveur des adultes ;

  • veiller à la promotion d’un environnement favorable à l’utilisation de l’écrit en langues nationales ;

  • promouvoir l’utilisation des langues nationales dans le système formel et en assurer le suivi ;

  • développer des activités de promotion de la post-alphabétisation pour l’amélioration d’un environnement lettré des langues nationales ;

 
La direction de l’éducation non formelle des adolescents est chargée, notamment de :

  • assurer le contrôle des interventions dans le domaine de l’éducation non formelle des enfants et adolescents non scolarisés et déscolarisés précoces ;

  • élaborer des programmes d’amélioration de la qualité, de la pertinence et de l’efficacité des actions d’éducation non formelle en faveur des enfants et adolescents non scolarisés et déscolarisés précoces ;

  • planifier et conduire les activités de mobilisation sociale et de plaidoyer en faveur de la promotion de l'éducation non formelle des adolescents ;

  • définir les orientations stratégiques en matière d’innovations et de systèmes alternatifs ;

  • coordonner l’expérimentation des nouvelles formules alternatives d’éducation ; 

  • élaborer les textes réglementaires et les normes de gestion des centres d’éducation non formelle ;

  • tenir à jour une banque de données sur l'éducation non formelle des adolescents.

Services extérieurs

 

Constituent les services extérieurs du ministère de l’action sociale, de la promotion de femme et de l’alphabétisation :

  • les directions régionales de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation (06) ;

  • les services sociaux près :

  • les tribunaux ;

  • les formations sanitaires ;

  • les brigades pour mineurs ;

  • les établissements pénitentiaires.

 
Les directions régionales de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation assurent les missions dévolues au ministère dans leur ressort territorial.

 



Top